L’Humansime, L’avenir de l’entreprise.

J'a passé ces trois derniers jours à l' Institut Fontaine, autour de la thématique 'Management et performance durable', qui je dois dire m'a boulversé et a renforcé dans mes convictions.

Chers lecteurs,

je tenais à vous faire partager une expérience Extraordinaire, Inoubliable et Inspirante. 

J’a passé ces trois derniers jours à l’ Institut Fontaine, autour de la thématique ‘Management et performance durable’, qui je dois dire m’a boulversé et a renforcé dans mes convictions.

Je tiens à remercier Dominique Vergriete, Marie-Claire TRUONG et Valérie CARRE MACRON, pour cette belle formation, riche en rencontres, en émotions et en partages.

Egalement, je tiens à remercier particulièrement 60 000 Rebonds, notamment Guillaume Mulliez, Thibaut Mulliez, Youri Motte et Elina Teissier de m’avoir offert ce très jolie cadeau. Encore mille fois merci à vous.

Merci également à Gerard Mulliez pour votre sagesse et votre justesse.

Aujourd’hui, je suis encore plus convaincu que le monde doit changer et que l’humanisme est l’avenir de l’Entreprise.

C’est pourquoi, je vous livre ma vision des bien faits de l’Entreprise Humaniste.

Une vision surprenante et bien documentée d’entreprises qui mettent l’homme et le bien commun au centre de leur système de valeur et de leur fonctionnement.

Une structure capitalistique, a priori dénuée de philanthropie, peut générer de la motivation personnelle et intrinsèque pour autant que le la direction sache appliquer un certains nombre de principes relationnels et organisationnels.

Motivation intrinsèque et extrinsèques en entreprise

Les composantes clés des deux types de motivations intra et extrinsèques au travail sont puissamment analysées ainsi que la situation de flux qui correspond à une mise en situation idéale (capacités personnelles & défi à relevé en phase). La perception de son job et également identifier comme facteur de motivation potentiel (percevoir son travail comme une vocation, vouloir faire carrière, ou seulement avoir un revenu).

La motivation au travail est avant tout personnelle, elle vient de chaque individu. C’est ce que tous les responsables devraient avoir en tête pour en conséquence générer des situations qui permettent aux collaborateurs de constater l’impact positif de leur travail sur ceux qui en bénéficient, ainsi que sur différents biens communs (santé, environnement, eau…).

Sont ensuite aborder les aspects financiers et notamment l’effet des primes à la performance.

Confiance et coopération

Le bien-être au travail et l’épanouissement passe également par le développement personnel au travail point. Si un manager veut innover il doit avoir confiance en les idées de ses collaborateurs. La clé de l’innovation réside donc dans l’importance accordée aux idées des collaborateurs, dans ce cas l’innovation et gagnante et les collaborateurs se sentent bien. Une vision uniforme, une pensée unique dans l’entreprise peut-être catastrophique.

Elle propose également d’améliorer la communication en instaurant un système critique de bienveillance par des décisions collectives.

La confiance diminue donc le turn-over, augmente la créativité et le bien-être.

De même la médiation est préférable à la conciliation ou au procès en termes de gestion de conflit, de gestion de la communication, de qualité d’écoute et d’empathie.

L’entreprise au service de la société

Une entreprise vertueuse doit savoir soutenir des initiatives exemplaires.

Le concept de pyramide de Braithwaite. Il s’agit de valoriser les initiatives en interne dans les entreprises par une sorte d’autorégulation imposée des entreprises considérant que l’autorégulation n’est pas nécessairement une option plus douce que la contrainte publique.

Le concept s’articule autour de deux pyramides d’idées : l’une de soutien des forces et l’autre de sanctions qui permettent dans un premier temps d’apporter le soutien aux initiatives et aux actions exemplaires par l’utilisation de la pyramide de soutien. Et seulement dans un deuxième temps si la première pyramide de soutien ne fonctionne, l’inspecteur utilise la pyramide de sanctions.

L’entreprise et la pauvreté dans le monde

La vraie compassion est plus que de jeter une pièce de monnaie à un mendiant. (…) Elle conduit à voir qu’un système qui produit des mendiants doit être restructurer. Martin Luther King.

L’importance des entreprises dans la réduction de la pauvreté dans le monde. Je choisi des exemples concrets d’entreprises ayant œuvrées pour la réduction de la pauvreté dans le monde comme le lancement du microcrédit par Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix en 2006. Ou comme l’entreprise Essilor en Inde, coopérative française devenue numéro 1 des lunettes dans le monde en comprenant qu’il y avait dans le monde un réel besoin de base ; celui vital de prendre soin de sa vue. En effet l’OMS à chiffrer à 285 million le nombre de personnes ayant des déficiences visuelles. En Inde seul 7 % de la population ont des lunettes. L’entreprise crée alors une chaîne de production à bas coût de lunettes avec un circuit de distribution en camionnette, une sorte de cabinet opticien itinérant.

La stratégie du social-business est différente de l’humanitaire. Le concept d’économie sociale et solidaire et plus résistant aux crises que l’économie classique. Il prend également un autre exemple vertueux ; celui de Mandragon qui développe une activité d’industrie, de distribution, d’enseignement recherche autour de 10 principes clés dont l’inter-coopération des activités et une organisation démocratique.

Réduire les risques de catastrophes

Toute catastrophe ou dysfonctionnement majeur est lié à un problème de communication. Pourquoi ? Car ces catastrophes sont généralement prévisibles.

Une organisation fiable reposerait sur trois principes :

Un effacement temporaire de la hiérarchie nécessaire
Un débat contradictoire plutôt qu’une décision rapide
La non punition des erreurs, la sanction pénale est un obstacle à la sécurité
De nombreuses entreprises arrivent d’associer harmonieusement convictions et efficacité si les convictions sont authentiques.

Œuvrer pour l’environnement

Il devient nécessaire de créer des partenariats, des alliances entre des entreprises et des associations environnementales.

Alors prenons le temps de penser…0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-moi

Derniers articles

Une idée, un projet ?

Entrons en contact ! Merci de remplir le formulaire ci-dessous afin que nous prenions rendez-vous.